Le PEL ou Plan Epargne Logement est un placement qui contribue à la préparation d’un investissement immobilier. Contrairement aux autres produits d’épargne, sa rentabilité est plus lente. En effet, les épargnants sont souvent tentés de le clôturer, ce qui peut être une mauvaise idée. Garder son PEL permet de profiter de plusieurs avantages.

Éviter les conséquences de la « flat tax »

Les taux d’intérêt qui s’appliquent sur les nouveaux PEL sont largement moins importants que ceux des anciens. À cause de la « flat tax » de 30 %, ceux-ci ont subi une nette réduction depuis janvier 2018. Elle augmente les fiscalités relevées sur les revenus en remplaçant les prélèvements sociaux (15,5 % des gains) et les anciens impôts. Certes, il existe des offres fiscales qui permettent de les limiter, mais ils alourdissent toujours les charges. Parmi celles-ci comptent l’impôt forfaitaire et l’abattement. Ce Prélèvement Forfaitaire Unique ne concerne pas les vieux PEL qui gardent les mêmes avantages que dans les années précédentes. Ainsi, si un particulier préfère mettre fin à son ancien contrat pour en souscrire à un autre, il risque de se tromper. De plus, le taux d’intérêt est plus intéressant pour le Plan Epargne Logement d’il y a quelques années.

Garder un taux d’intérêt rentable

La lenteur de la rentabilité du PEL vient en général de son taux d’intérêt faible. Ceci explique les réticences des épargnants par rapport à ce produit d’épargne. Effectivement, son taux d’intérêt brut de 1 % n’apporte que très peu de bénéfices durant les deux premières années. Cependant, lors de sa fermeture, les intérêts sont réévalués avec le nouveau taux en vigueur qui est de 0,5 %, ce qui amoindrit les revenus. Par conséquent, il convient de garder son Plan Epargne Logement dans la mesure du possible. De plus, sa suppression dispense des possibilités de crédit ainsi que de la prime d’État. Si le PEL date de trois à quatre ans, sa clôture risque de réduire les chances de les obtenir. Préserver cette forme d’investissement permet de bénéficier d’autres privilèges notamment sécuritaires.

Profiter d’un placement sécurisé

Les nouvelles formes de placement attirent les particuliers à cause de leur rémunération conséquente. Parmi les plus prisées figurent la bourse, l’unité de compte en assurance vie et l’investissement immobilier. Pourtant, elles présentent des risques non négligeables.

La première est souvent instable, puisqu’elle dépend de la situation économique du pays. La seconde peut faire perdre la totalité du capital et le rendement peut être très faible selon l’état du marché. De plus, les plus-values sont difficiles à déterminer et le gain final est parfois inférieur au fonds. La troisième, quant à elle, peut être peu rentable. Les gains sont réduits lorsque le client refuse de payer le loyer ou lorsque le bien se détériore. Même si les intérêts du PEL sont faibles, il est plus sécurisé que ces derniers.

D’ailleurs, si sa date d’ouverture remonte au-delà de février 2015, son rendement est déjà élevé. Le taux d’intérêt brut appliqué atteint jusqu’à 1,5 %. Si la souscription a eu lieu entre février 2015 et le mois de janvier de l’année suivante, il peut même aller jusqu’à 2 %. Il est encore plus avantageux pour les PEL ouverts avant le mois d’août 2003.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici